fbpx
LE BIEN-ÊTRE PSYCHOLOGIQUE DE CHAQUE PERSONNE FAIT PARTIE DU DROIT À LA SANTÉ Aidez-nous à le diffuser

Le suicide au temps de Covid-19

L'suicide en flèche, surtout depuis la période de quarantaine, elle a été si exponentielle qu'on ne peut pas éviter d'en parler. Essayons de regarder le sujet du suicide sous différents angles, en considérant ce qui peut être fait pour le prévenir et dans quelle mesure on n'a pas le pouvoir de le faire.

Quelques données.
L'Observatoire du suicide1 publie des données effrayantes concernant le territoire italien. En janvier 2020, il y avait déjà 42 i suicide enregistrés, dont 25 concernant les semaines de Lockdown da Covid-19. Cette augmentation est plus inquiétante si l'on compare les données de 2020 à celles collectées il y a un an, qui entre mars et avril 2019 n'ont fait que 14 victimes.

Non moins importants sont les numéros des tentatives de suicide, 36 depuis janvier 2020, dont 21 dans les semaines de quarantaine forcée. 
Les chercheurs de l'American Academy of Family Physicians s'attendent à 75.000 victimes liées à la crise des coronavirus au cours de la prochaine décennie aux États-Unis seulement. 
Il s'agit d'une estimation qui n'est pas trop surprenante compte tenu du fait que des études antérieures ont associé des pandémies à une augmentation des cas de dépression, d'anxiété, d'insomnie et d'actes suicidaires. 

Le suicide est un concept difficile à aborder. L'idée de renoncer à la vie est souvent considérée comme indigne, offensante pour la vie elle-même. Si nous essayions de penser au suicide comme le résultat d'un malaise, d'un fort détresse psychique et nous l'avons considéré comme symptômeau lieu de blâmer, on pourrait même ressentir une compassion voilée. Le suicide est un symptôme et un événement multifactoriel, qui fleurit si et seulement s'il est planté sur un sol fertile. Une cause ne suffit pas, mais l'alignement de nombreux éléments est nécessaire pour y arriver.

Malgré certaines associations, il n'y a pas de corrélation directe de la relation causale entre la présence d'une maladie mentale et le geste suicidaire. Dans la singularité de la situation, nous sommes obligés de vivre les conditions de isolement des affects, le difficulté économique, le compromis de la position de travail, l’être chiusi in casa avec des partenaires abusifs et maltraités et d'autres situations difficiles peuvent démasquer une souffrance qui autrement serait restée latente.


Un dialogue entre prévention et imprévisibilité

Ma réflexion s'articule autour de deux termes qui ne peuvent être envisagés qu'ensemble: prévention e imprévisibilité.
La prévention peut être évoquée à plusieurs niveaux: 

  • La prévention primaire il est informatif et informatif et dans ce cas, il implique tous les experts qui se sont aventurés à donner des lignes directrices pour prévenir ou réduire les phénomènes suicidaires. L'OMS elle-même a élaboré un plan d'action détaillé pour protéger la santé mentale2

  • La prévention secondaire et en partie tertiaires, elles vont de la reconnaissance de la détresse psychique à l'accompagnement ou à la prise en charge de ceux qui en souffrent. À cet égard, de nombreux professionnels de la santé mentale se sont engagés et continuent de s'engager à promouvoir des initiatives gratuites pour assurer une assistance et un soutien psychologique en cas de besoin.

En ce qui concerne l'imprévisibilité, c'est un terme qui doit être compris dans son sens le plus large et donc comme faillibilité, finitude, impuissance. 

L'esprit humain est programmé pour la connaissance, il a besoin de savoir, est un besoin primordial qui donne la sécurité. C'est une pensée courante que du type "Mieux vaut un diagnostic de mauvais augure que de ne pas savoir." Savoir rester ou avoir des doutes, en attendant, nécessite une capacité que Bion (1970) a appelée "capacité négative »3.  
S'ouvrant sur l'idée que dans ce monde, comme en chacun de nous, il y a une zone qui est inconnue, non contrôlable, non visible et sur laquelle nous n'avons aucun pouvoir est la voie principale vers traitement des pertes sonores, compris au figuré et autrement. 
Il y a ceux qui prétendent que nous, les humains, vivons la vie d'une manière paradoxale, c'est-à-dire comme si nous ne devions jamais mourir. Ainsi, quand il y a ceux qui non seulement considèrent la mort, mais la choisissent, ils éliminent le paradoxe et ramènent la pensée à l'examen de la réalité. 


Quelles sont les implications psychologiques possibles pour ceux qui restent

Je trouve dangereux de ne pas considérer les termes ensemble prévention ed imprévisibilité, dans presque tout, mais surtout face au suicide. S'appuyer uniquement sur la prévention signifie dire que quelque chose qui peut être fait ne l'est pas. Dans ce cas, vous pouvez exécuter le risque se sentir coupable de ne pas être suffisamment présent, attentif ou utile à la personne qui a alors décidé d'y mettre fin. Il serait également inutile de penser que face à ce phénomène nous sommes complètement désarmés, quand nous avons des armes, qui ne se révèlent cependant pas toujours efficaces. 

Je termine en considérant complexité comme l'une des caractéristiques les plus fascinantes et en même temps inquiétantes des systèmes vivants et non vivants. Accepter d'en faire partie est un excellent point de départ pour expérimenter consciemment les négativités du monde.

 

                                                                                                                                                                                                                              Mélania Di Nardo

 

* Notes sur l'auteur: Melania Di Nardo est psychologue et psychothérapeute à orientation psychanalytique. Depuis des années, elle s'occupe d'interventions psychopédagogiques auprès d'enfants de différents groupes d'âge. Depuis 2015, elle exerce une activité clinique privée en tant que pigiste dans la ville de Pescara, ciblant principalement les adolescents et les adultes. Depuis 2018, elle travaille en tant que consultante psychologue au Centre d'écoute psychologique (CASA) de Chieti Scalo, où, en plus des cours de counseling individuel ou en couple, elle anime des groupes d'information / formation visant des questions spécifiques. Depuis 2019, elle est membre ordinaire de Psy +.

 

1Observatoire "Suicides pour raisons économiques" de l'Université Link Campus, Rome.
2http://www.quotidianosanita.it/allegati/allegato3705848.pdf 
3Capacité négative (Capacité négative): c'est un concept de technique psychanalytique utilisé par Bion pour désigner l'état mental que le psychanalyste doit atteindre. L'analyste doit attendre sans rien dire ni rien faire. Ce n'est pas une attente pleine d'attentes, ni simplement passive; c'est une attente réceptive aux différents niveaux de communication, verbale et non verbale, consciente et inconsciente, du patient et du personnel.

 

BIBLIOGRAPHIE ET ​​SITOGRAPHIE:

- Bion W. (1970), Attention and Interpretation, trad it. Armando, Rome, 1973.
https://wellbeingtrust.org/news/new-wbt-robert-graham-center-analysis-the-covid-pandemic-could-lead-to-75000-additional-deaths-from-alcohol-and-drug-misuse-and-suicide/
https://www.istat.it/it/archivio/196880
https://osservatoriosuicidi.unilink.it/comunicato-stampa-dati-marzo-aprile-2020/
https://wellbeingtrust.org/news/new-wbt-robert-graham-center-analysis-the-covid-pandemic-could-lead-to-75000-additional-deaths-from-alcohol-and-drug-misuse-and-suicide/

prévention, COVID 19, pandémie, Lockdown, suicide





Avec votre aide, tous les jours

nous traduisons la connaissance de la psychologie en projets efficaces

pour le bien-être psychologique de chacun

depuis 2011, nous nous engageons pour la diffusion du bien-être psychologique comme un droit de chaque personne

Via Gaeta 19 int.1 - 00185 Rome (Italie)
CF 97662640586 - TVA 12906461004
IBAN IT67Z0501803200000016828261

reste en contact


Suivez le Social PsyPlus